• Bienvenue au Conservatoire Botanique des Iles de Guadeloupe

Qui est en ligne?

Nous avons 29 invités et aucun membre en ligne

Nombre de visiteurs

Aujourd'hui1
Semaine105
Mois1072
Total97019

Statistiques

Membres
2202
Articles
156
Clics sur articles
756018

Espace adhérents

le réseau des CBN

 

 

 

Qu’est-ce qu’un conservatoire botanique national (CBN) ?

Le premier conservatoire botanique national a vu le jour en 1990.
Au 1er octobre 2008, ils sont au nombre de 11 et leur zone de compétence couvre 91 départements.
Des projets de création de nouveaux conservatoires sont à l’étude pour le nord-est de la France, les Antilles et la Guyane. Le ministère chargé de l’écologie s’attache ainsi, en relation avec les Collectivités territoriales concernées, à soutenir le développement du réseau des conservatoires afin de couvrir à terme
l’ensemble du territoire national.

Les articles D. 416 et suivants du code de l’environnement précisent le rôle et le fonctionnement des conservatoires botaniques nationaux. Missions Établissements à caractère scientifique, les conservatoires botaniques nationaux poursuivent quatre objectifs : 1. La connaissance de l’état et de l’évolution, appréciés selon des méthodes scientifiques,
de la flore sauvage
et des habitats naturels et semi-naturels. Les conservatoires conduisent des inventaires, gèrent une banque de données sur la flore sauvage présente
sur leur zone d’agrément et sont à même de hiérarchiser leur intérêt patrimonial (régional, national, international). Ces informations sont nécessaires à la mise en oeuvre des politiques nationales et régionales de protection de la nature.
  2. L’identification et la conservationdes éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels. Les conservatoires élaborent et proposent des listes d’espèces à protéger, notamment au niveau régional, et en suivent l’application sur le terrain. Ils interviennent dans la protection in situ des espèces en proposant les mesures pertinentes, juridiques ou contractuelles, pour protéger les plantes menacées dans leur milieu naturel. Dans le domaine de la conservation ex situ, ils mettent en oeuvre des techniques de conservation par la culture et de conservation des semences par le froid (banque de gènes) pour éviter la disparition des espèces les plus menacées et disposer de stocks de semences pour diverses utilisations (recherche, valorisation, réintroduction dans le milieu naturel...).  
3. La fourniture à l’Etat, à ses établissements publics, aux collectivités territoriales et à leurs groupements, dans leurs domaines respectifs de compétences, d’un concours technique et scientifique pouvant prendre la forme de missions d’expertise en matière de flore sauvage et d’habitats naturels et semi-naturels. 4. L’information et l’éducation du public à la connaissance et à la préservation de la diversité végétale.

Les conservatoires éditent des documents et conduisent des programmes de vulgarisation et de sensibilisation du public à la protection de la flore sauvage, tant vers le grand public que vers des publics plus spécialisés (élus locaux, certaines catégories socioprofessionnelles...).

Prochains ateliers

Il n'y a aucun évènement

En vente au CBIG

Nous vendons des sets de table (fleurs, fruits, arbres, paysages, etc...) (5€, l'unité).
Contactez-nous, pour plus de renseignements.

Besoin d'une information, contactez-nous!